Category Archives: ANIMATION TERRAIN

Blog | Article
Retourner à la liste des articles

Lieux de consommation en voie d’extinction, quels leviers activer pour pérenniser les hypermarchés ?

Hypermarchés : quels leviers activer pour les pérenniser ?
Hypermarchés : quels leviers activer pour les pérenniser ?

Hypermarchés : quels leviers activer pour les pérenniser ?

 

En souffrance depuis quelques années, le « tout sous le même toi » n’attire plus les consommateurs.

Le 14 janvier, Auchan annonce la suppression de 517 postes. Si autrefois les hypermarchés étaient signes d’ultra-modernité, ce plan social est le reflet d’un modèle faiblissant. Pour Didier Duhaupand, Dirigeant d’Intermarché « À force de vouloir être spécialistes en tout, ils ne sont plus spécialistes de rien ».

Yves Puget, Directeur de LSA, explique ce recul par trois composantes internes :
– Le non-alimentaire concurrencé par les enseignes spécialisées et l’e-commerce.
– Les magasins qui deviennent trop grands aux yeux des consommateurs.
– Le manque d’investissements dans la rénovation des parcs français depuis les années 90 qui a conduit à un vieillissement.

En externe, nombreux sont les facteurs perturbateurs au modèle : la fragmentation des achats auprès de plusieurs enseignes, la tendance aux circuits de proximité, les magasins spécialisés, l’utilisation réduite de la voiture ou encore la montée du digital… Pourtant la majorité des grands dirigeants y voient encore du potentiel.

 

Les magasins aux meilleurs résultats ont su développer leur « Zone Marché ».

Les produits frais (fruits & légumes, boucherie, poissonnerie…) dégagent plus de chiffre d’affaire et de trafic que le non-alimentaire qui s’achète davantage sur internet ou en magasins spécialisés. Les hypermarchés qui ont développé ces catégories de produits ont vu leurs performances augmenter et se répercuter sur l’ensemble du point de vente analyse

Daniel Ducros, expert distribution chez Nielsen. Le frais, le bio et les services font donc partie des offres incontournables à développer pour générer de la croissance, mais pas seulement.

 

Rapidité, simplicité, qualité… En réponse aux consommateurs exigeants, il faut opter pour une meilleure logistique.

L’expérience client revient sur toutes les lèvres. On le sait, le parcours d’achat doit être optimisé et agréable et cela se traduit par un passage rapide en caisse, un magasin bien présenté, des rayons remplis où les produits sont faciles à trouver, des meilleures conditions de livraison… Ainsi, la chaîne logistique apparaît comme le centre de gravité de cette problématique. Investir dans les entrepôts, dans l’informatique ou pour la collecte d’informations, peut réellement faire la différence selon Oliver Girard, Secrétaire Général de la CFDT services. Certains le font déjà comme Walmart qui surveille ses stocks et avertit ses employés de leur état en temps réel grâce à l’IA. De cette manière, les employés passent moins de temps dans les entrepôts, et davantage auprès des clients.

 

Attirer les consommateurs

 

Des millions de français se dirigent encore chaque semaine vers les caisses des hypermarchés.

Mais 50 ans après, les magasins doivent révéler leur trésor sous la poussière pour briller de nouveau.

 

Infographie Hypermarché

 

Source : Iri, Lsa expert.

Retrouvez-nous sur les RS

Ils nous font confiance

Blog | Article
Retourner à la liste des articles

La loi EGAlim : décryptage

Loi EGAlim

 

Votée définitivement le 2 octobre 2018 après moult débats et points de divergence, la loi EGAlim va progressivement se mettre en place au cours de l’année. Plébiscitée par certains, décriée par d’autres, elle apporte son lot de nouveautés avec lesquelles les marques et les distributeurs vont devoir composer. Mais quelles sont les conséquences réelles pour les différents acteurs du secteur ? Focus sur les nouvelles mesures, leurs impacts, et les opportunités qui les accompagnent.

 

Les mesures législatives adoptées via la loi EGAlim

La loi EGAlim détaille une multitude de mesures qui vont régir les relations commerciales entre les agriculteurs et leurs acheteurs.

Les dispositions mentionnées dans le titre I de la loi concernent essentiellement les contrats, la majoration du Seuil de Revente à Perte (qui obligera les distributeurs à réaliser une marge de 10% minimum sur certains produits) et l’encadrement des promotions, ainsi que l’autorisation du gouvernement à prendre des mesures de modification du Code de Commerce par voie d’ordonnance.

Le titre II contient lui des dispositions pour une alimentation saine, durable et accessible à tous. Outre ces mesures phares, la loi prévoit la mise en place d’une étude sur la rémunération des services environnementaux rendus par les agriculteurs afin de valoriser les externalités positives de l’agriculture française. Elle encourage également les agriculteurs à se regrouper, pour peser plus lourd face aux grands groupes et aux centrales d’achat.

 

Les applications concrètes de la loi EGAlim

Le contexte européen, les acteurs et les produits les plus touchés

Au niveau européen, la France n’est pas le pays le plus impacté par cette nouvelle loi. En effet, selon une étude réalisée par Nielsen, le poids du chiffre d’affaires réalisé sous promotion en France atteint les 22%, ce qui est relativement moindre en comparaison à ses voisins européens : jusqu’à 55% en République-Tchèque. L’impact de la loi se mesure aussi différemment selon la taille des surfaces de vente et la catégorie de produit. Ainsi, les hypermarchés de plus de 7500 m² et les drive devraient connaître plus de difficultés : la valeur de leurs ventes réalisées sous promotions atteint en effet les seuils les plus élevés. En termes de produits, les surgelés sucrés, les boissons alcoolisées ou encore les produits d’entretien par exemple font partie de ceux qui réalisent la plus grande part de leur chiffre d’affaires sous promotion. Les produits saisonniers et sujets à l’achat d’impulsion vont aussi être fortement touchés par la loi : le foie gras par exemple, qui réalise 71,5% de son chiffre d’affaires sous promotion. Au total, le montant total des ventes sous promotions qui ne respectaient pas les conditions de la nouvelle loi avant son adoption s’élève à 1,3 milliards d’euros.

Les conséquences pour les marques et les distributeurs

La loi EGAlim encadre donc désormais les promotions tant en volume qu’en valeur. Les promotions ne pourront dépasser les 25% du volume total des produits d’une même catégorie, et 34% de sa valeur. Les réductions maximales diffusées sur les prospectus et en magasin seront donc bien moindres qu’auparavant, ce qui risque d’impacter lourdement le volume du trafic en magasin. L’alimentaire est le secteur le plus exposé, puisque l’estimation des pertes engendrées avoisinerait le demi-milliard d’euros sur un an. Ainsi, les prix des produits sujets à la loi devraient donc augmenter, mais cela au bénéfice des agriculteurs et des fournisseurs de matières premières. Autre mesure phare : la nouvelle législation interdit l’usage du terme « Gratuit » par les marques et les distributeurs pour certaines catégories de produits, mais pas ses synonymes tels que « offert », « gratis » ou « gratos ».

Ce qui va changer pour les consommateurs

Le pouvoir d’achat des consommateurs sera également touché. Par exemple, on pourrait estimer un manque à gagner qui s’élèverait à 1 904€ par an pour un consommateur qui achèterait l’ensemble des ventes promotionnelles proposées sur les prospectus E. Leclerc.

Sachant que la part des ventes additionnelles atteignent +76% pour les promotions supérieures à 40%, les distributeurs vont devoir modifier leurs stratégies pour combler le manque à gagner.

 

Les opportunités à saisir pour les marques et distributeurs

On peut aisément imaginer que les marques et les distributeurs vont faire la part belle aux animations commerciales et aux opérations événementielles. Les budgets auparavant consacrés aux promotions pourraient progressivement être transférés vers des événements plus importants autour des produits, afin de susciter l’enthousiasme des consommateurs. La participation et l’implication de ces derniers dans des opérations d’animation commerciale prennent ici tout leur sens, dans l’objectif d’engager les individus et de les fidéliser. On assistera probablement aussi à une meilleure personnalisation de la promotion avec l’avènement du digital et des nouvelles technologies adaptées aux points de ventes, qui devraient rapidement apporter de nouvelles expériences d’achat, ainsi que de nouvelles configurations des parcours et expériences clients sur les lieux de vente.

Les mutations du secteur induites par cette loi EGAlim vont donc apporter leur lot de nouveautés pour les marques et les distributeurs, mais elles constituent aussi pour eux une opportunité de se développer différemment et d’expérimenter de nouvelles expériences d’achat.

Retrouvez-nous sur les RS

Ils nous font confiance

Blog | Article
Retourner à la liste des articles

La réalité virtuelle se déploie (et le mouvement devrait s’amplifier !) dans de nombreux secteurs et notamment l’animation commerciale. A suivre !

http://www.mediakwest.com/communication/item/un-pc-sac-a-dos-equipe-pour-la-vr-en-entreprise.html

Retrouvez-nous sur les RS

Ils nous font confiance