Quel impact de la crise sanitaire Covid-19 sur les dispositifs en points de vente ?

Bilan de la situation commerciale avec Nicolas Motel, Responsable Marketing Terrain.

Cette période particulière modifie-t-elle vos activités habituelles ?

Nécessairement. L’activité animation étant en recul, nous avons dû nous adapter. Toutefois, nous avons conservé un volume d’affaire régulier sur l’activité merchandising. Nous ferons le bilan en fin d’année mais nos clients devraient investir autant que l’année précédente afin que les rayons restent attractifs et bien approvisionnés. Nous avons également gagné des nouveaux marchés avec notamment le rebranding d’une grande enseigne de magasins discount.

Les enseignes ne sont-elles pas frileuses pour l’organisation de campagnes d’animation ?

L’approche des enseignes évolue. Instantanément, nous sommes passés du « non » catégorique au « oui » sous certaines conditions. Nous avons apporté à nos clients dont fait partie la grande distribution la réassurance dont ils avaient besoin en repensant notamment les processus de dégustation. En effet les animations typées « alimentaires » représentant 60% de notre chiffre d’affaires, nous avons eu une réflexion profonde quant à la dégustation, premier levier d’achat en magasin. Par exemple la préparation (assemblage des aliments) se fait désormais à la demande des clients. Les produits dégustés ne restent pas à l’air libre et sont stockés sous cloche. Les ustensiles de dégustation sont conditionnés à l’unité. Nous travaillons également avec les industriels à un stand « COVID » compatible, financièrement abordable, duplicable en grande quantité. Il répond parfaitement aux critères sanitaires et facilite le respect de nos protocoles de dégustation. Le prototype est prêt.

Tout comme le port du masque et les bornes de gel hydroalcoolique, les nouvelles animations sécurisées proposées par Edelvi s’intègrent parfaitement dans le paysage du point de vente. Les consommateurs qui se sont déjà accommodés des mesures sanitaires gouvernementales comprennent la mise en place de ces formats.

Comment assurez-vous la sécurité des animateurs et des clients ?

Notre personnel terrain a toujours été au centre de nos préoccupations. C’est pourquoi tous les animateurs et merchandiseurs qui interviennent sont formés pour garantir leur protection et celle des clients. Ils ont réussi une certification Covid en ligne écrite par les équipes Edelvi qui atteste par exemple de leur aptitude à animer un stand dans le respect des gestes barrières.

Nos équipes travaillent équipés de masques ou visières, de gel, de gants quand cela est nécessaire. Nos animateurs sont également formés à instaurer un climat de confiance propice à la vente.

Et quels sont les résultats de vos campagnes d’animation depuis le déconfinement ?

Le weekend dernier, nous avons réalisé une cinquantaine de jours d’animation pour Bud la Légère ! Notre client AB In Bev (Corona, Bud, Leffe) a activé ces campagnes dès la fin du confinement. Nous avons « musclé » nos formations à destination des animateurs afin que le discours client fasse nettement la différence en point de vente. Avec remise de BR et de goodies, nous avons obtenu de très bons résultats dans les objectifs fixés. C’est un succès.

Comment envisagez-vous les prochains mois ?

Les équipes du Field Marketing restent ambitieuses. Notre objectif est de revenir sur le dernier quadrimestre aux résultats d’avant Covid en nous adaptant au contexte actuel.

Pour le moment, le feed-back de nos animations est bon et le carnet de commande continue à se remplir. Commercialement, les mois d’Aout et Septembre sont stratégiques avec l’obtention des premiers accords pour les foires aux vins, Halloween et Noel. Nous préparons d’ores et déjà le « festif » de fin d’année avec notre client historique Labeyrie.

Etes-vous optimiste quant à l’avenir ?

Je peux observer que cette séquence a confirmé cette belle énergie qui habite continuellement nos équipes du siège et en région. Les industriels nous réaffirment leur volonté de maintenir un lien fort avec leurs clients. Alors même si nous devons continuer à être attentifs à la situation sanitaire et économique, comment ne pas rester déterminés et résolument optimistes quant à l’avenir du Field Marketing ? Je le suis.

Manon Longuet